Culture design / Inspiration

Adopter un mode de pensée juste dans le Webdesign

Quel rôle le Webdesigner peut-il avoir pour tendre vers un monde davantage centré sur l’aspect humain de la création ?

 

 

Les travaux du théoricien John Thackara autour du design me pousse aujourd’hui à me poser cette question, peut-on lier son mode de pensée à travers le Webdesign ? En me basant sur son manifeste ecrit en 2007 je vous propose une réflexion autour de certains points qui, à mon sens, représentent le fondement d’une nouvelle manière de créer, émergente depuis quelques années.

 

 

« Nous apporterons de la valeur aux personnes – pas aux personnes dans les systèmes. Nous donnerons la priorité au libre arbitre humain et ne traiterons pas les humains comme un «facteur» dans une perspective plus large. »

Si l’on essaye de comprendre le sens de cet article, il est a mon sens primordial de considérer l’utilisateur comme humain avant tout, en lui donnant le choix de naviguer comme il l’entend, en l’aidant dans son utilisation, quitte à jouer avec lui pour donner de l’interaction, montrer qu’il n’est pas qu’un chiffre de plus qui utilise notre création.

 

 

« Nous ne présumerons pas de concevoir vos expériences pour vous mais nous le ferons avec vous, si demandé »

Encore une fois on supprime cette simple notion de créateur/client, que ce soit en travaillant pour une entreprise ou un particulier, le but est ici de faire participer le plus possible la personne en face de nous, on part du principe qu’un design sera bon si nous ciblons concrètement les envies du client ainsi que du futur utilisateur en le faisant collaborer.

 

 

« Nous pensons que le «contenu» est quelque chose que vous faites – pas quelque chose que vous donne une personne en T-shirt noir. »

C’est la notion de collaboration qui est ici naturellement mise en avant si l’on se sert des 2 articles précédents,  il est effectivement plus intéressant de donner l’opportunité à l’utilisateur d’apporter sa contribution pour améliorer un design plutôt que de lui donner quelque chose sans possibilité qu’il agisse dessus d’une manière ou d’une autre. 

Si l’on adapte son mode de pensée au Webdesign on se rend compte qu’un bon Webdesigner se doit de considérer la personne qui navigue sur son site internet comme étant bien plus qu’un utilisateur, il s’agit donc de partager avec lui une expérience positive, à travers l’utilisation de micros interactions par exemple. Cette vision rejoins donc beaucoup ce qui se fait aujourd’hui avec l’émergence de l’UX design, avec des sites de plus en plus désigner en démarrant d’un parcours utilisateur plutôt qu’une demande d’un client ou tout simplement avec l’apparition du Mobile first permettant de concevoir en prenant en considération les usages des nouveaux utilisateurs.  L’internaute devient donc central dans la conception et donne une dimension bien plus humaine à la création moderne.

 

 

 

Pour aller plus loin :

John est considéré aujourd’hui comme l’un des plus importants théoriciens du design, il est actuellement directeur du réseau d’innovation et de design « Doors of perception » qui connecte un réseau mondial de penseurs, de designers et d’experts dans le domaine de la recherche et de l’innovation.

Son but n’est pas de révolutionner le monde mais de pousser les gens à collaborer entre eux pour réfléchir a des solutions.
Il explique souvent ne pas avoir de solutions toute faite pour atteindre un monde équitable mais tend vers une réflexion pour trouver ces solutions à travers des expériences sociales, prônant le partage. 


Quelques liens sur l’oeuvre de John Thackara :
https://www.readingdesign.org/manifestos-thackara
http://magalierastello.com/files/pdf/31_fr_John%20Thackara.pdf
https://www.citedudesign.com/fr/editions/250712-in-the-bubble

Commentaires

Aurélie Fontanel
22 février 2020 à 19 h 51 min

Bonjour Jérémie, merci pour cet article. C’est très intéressant, et cela donne envie de découvrir la réflexion de John Thackara. Voici mes conseils pour que la lecture de ton article soit un peu plus intelligible par tes visiteurs. Il me semble que ton article devrait plutôt commencer par la partie « John est considéré aujourd’hui comme l’un des plus importants théoriciens du design…  » jusqu’à « Si chacun adopte ce principe à son échelle alors peut-être nous pourrons limiter notre impact sur l’environnement ». À mon sens, débuter par le manifeste et enchaîné sur le livre, c’est un peu décourageant pour les néophytes. Je pense que pour cette partie des liens suffirait.
D’autres part, j’ai une question, pourquoi nous parles-tu de John Thackara sur le café du webdesigner ? (au passage, très bon choix de nom de blog). Est-il possible à ton avis de faire le lien entre la réflexion de John Thackara et le Web design? Si oui, c’est à mon avis, la partie 2 de ton article. D’autre part, le contenu de ce blog est le tien et ne doit pas être trop emprunté car tu risquerais alors de faire un « bad buzz »… Attention à cela. Mieux vaut un article court, percutant et intriguant, source de réflexion, et personnel, qu’un article trop fourni où l’on ne comprendrait pas où tu souhaite nous amener par rapport au sujet qui nous intéresse : le Web design. En souhaitant que ça t’aide pour continuer. Bien à toi, Aurélie.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *